Jules, Christian Dior

 

On m’a donné il y a peu une miniature vintage de Jules et j’ai été absolument ravi ! Pas tant que je rêve de porter le parfum, mais pour des raisons assez sentimentales qu’il me faudra bien développer. En attendant, c’est qui ce Jules ?


Christian Dior avait imposé au monde masculin l’Eau Sauvage, si belle et fine, subtile en 1966 et soutenait les ventes par des campagnes de publicité régulières, signée Gruau, qui montrait un homme élégant, drôle et assez sexy officieusement surnommé Jules. Mais depuis plus rien. Il fallait une actualité masculine, une nouveauté, quelque chose à vendre dans ce monde qui avait changé et ou l’Eau Sauvage n’était plus aussi incontestée. Naturellement le nom de Jules s’est imposé et la fragrance était celle de son époque…

Dans la foulée de l’Azzaro pour homme qui triomphait, la marque a proposé une fougère virile, un parfum qui n’était pas pour les tapettes avec un départ de cologne aromatique qui contrastait avec des notes épicées, animales et boisées. (Credo de l’époque : les hommes, ça sent le bois.) C’est plus fin, plus élégant que l’Azzaro, certes. Si le torse est velu, il s’exhibe moins, la chemise n’est pas ouverte presque jusqu’au nombril. Le macho est un peu poli, raffiné, il a des manières. Ça a du charme, c’est moins brutal, mais je n’irais pas jusqu’à trouver ça sophistiqué. D’ailleurs, c’est ce qui fait le charme de ce genre de parfum, son côté premier degré, brut de décoffrage. Le mérite de Jules, c’est de rendre cela mais en étant moins caricatural que beaucoup d’autres…

Reste que le parfum est selon moi un peu importable comme tout ceux du genre. Je serais si je le portais l’agneaux déguisé en loup, personne n’y croirait. Pas décalé, cela devient un peu pénible. À vrai dire, ce genre de parfum qui respecte à ce point les canons d’un genre n’est joli que porté occasionnellement, entre guillemets et l’exercice est périlleux. Jules n’est vraiment joli que sur une jeune femme en fait…


Mais je suis ravi de le posséder parce que c’est une madeleine. Jules, c’est toute une époque. Je suis trop jeune que pour l’avoir porté à sa sortie mais il me plonge dans une ambiance, une atmosphère. Il sent le salon de coiffure pour hommes de province, la pile de playboys posée sur une table plateau en verre fumé, pieds en alu, le savon à barbe, le shampooing, l’eau de cologne et la lotion au pin dans un après midi d’été, les hommes qui s’ennuient dans la chaleur et qui pensent aux femmes. Que ce soient les midinettes à aller séduire le soir au dancing façon Tony Manero pour les plus jeunes ou la légitime à laquelle on est bien content d’échapper une paire d’heures pour les plus âgés. Pas forcément le genre de cliché qu’on veut vivre mais on prend du plaisir à fouiller dans les archives, à regarder les vieilles photos jaunies, sans pour autant espérer le retour de ces jours révolus. (OK, c’était mieux AVANT quand on cause parfum, mais à condition que je puisse faire une sélection stricte de ce que je prends et de ce que je laisse.)

Jules, Jean Martel pour Christian Dior, 1980.

Commentaires

  1. Oui, une pépite ! Le flacon d'origine en plus ! Lorsqu'on allait à la parfumerie, chez Marie-France ou chez David, et pas encore dans les "supermarchés des cosmétiques" avec vendeuses interchangeables, les petites boutiques cossues où là où le commerçant était une relation, presque un ami, qui vous connaissait et avait toujours une gentille attention pour vous, c'est là que je l'ai eu cette miniature ! Quand notre Nestor Burma prêtait son image et prénommait son fils Jules ! Toute une époque, comme dirait Bernard Blier dans les tontons flingueurs ! 😆

    RépondreSupprimer
  2. J'ai oublié de signer : Gabrielle Dlr

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire