éloge du maquillage

"La femme est bien dans son droit, et même elle accomplit une espèce de devoir en s’appliquant à paraître magique et surnaturelle; il faut qu’elle étonne, qu’elle charme; idole, elle doit se dorer pour être adorée. Elle doit donc emprunter à tous les arts les moyens de s’élever au-dessus de la nature pour mieux subjuguer les cœurs et frapper les esprits. Il importe fort peu que la ruse et l’artifice soient connus de tous, si le succès en est certain et l’effet toujours irrésistible. C’est dans ces considérations que l’artiste philosophe trouvera facilement la légitimation de toutes les pratiques employées dans tous les temps par les femmes pour consolider et diviniser, pour ainsi dire, leur fragile beauté. L’énumération en serait innombrable; mais, pour nous restreindre à ce que notre temps appelle vulgairement maquillage, qui ne voit que l’usage de la poudre de riz, si niaisement anathématisé par les philosophes candides, a pour but et pour résultat de faire disparaître du teint toutes les taches que la nature y a outrageusement semées, et de créer une unité abstraite dans le grain et la couleur de la peau, laquelle unité, comme celle produite par le maillot, rapproche immédiatement l’être humain de la statue, c’est-à-dire d’un être divin et supérieur? Quant au noir artificiel qui cerne l’œil et au rouge qui marque la partie supérieure de la joue, bien que l’usage en soit tiré du même principe, du besoin de surpasser la nature, le résultat est fait pour satisfaire à un besoin tout opposé. Le rouge et le noir représentent la vie, une vie surnaturelle et excessive; ce cadre noir rend le regard plus profond et plus singulier, donne à l’œil une apparence plus décidée de fenêtre ouverte sur l’infini; le rouge, qui enflamme la pommette, augmente encore la clarté de la prunelle et ajoute à un beau visage féminin la passion mystérieuse de la prêtresse.    Ainsi, si je suis bien compris, la peinture du visage ne doit pas être employées dans le but vulgaire, inavouable, d’imiter la belle nature, et de rivaliser avec la jeunesse. On a d’ailleurs observé que l’artifice n’embellissait pas la laideur et ne pouvait servir que la beauté. Qui oserait assigner à l’art la fonction stérile d’imiter la nature? Le maquillage n’a pas à se cacher, à éviter de se laisser deviner; il peut, au contraire, s’étaler, sinon avec affectation, au moins avec une espèce de candeur."

Baudelaire, le peintre de la vie moderne, éloge du maquillage, 1885.


naked smoky, Urban Decay
Le lancement, auquel je fus probablement invité par erreur, d’Urban Decay en Belgique est l’occasion de parler maquillage en citant Baudelaire. Le fait de ne pas me maquiller, ne signifie pas que je n’en pense rien. Ce n’est pas parce que je suis un homme ou… C’est juste que je suis trop feignant que pour faire ça le matin. J’aime le maquillage. Je trouve cela beau. À condition qu’il ne soit pas un cache misère ou une la réponse à une injonction de beauté. J’aime le maquillage quand il est une façon de s’exprimer, de mettre en avant une personnalité. Quand il est vrai et théâtral, qu’il permet à celui ou celle qui le porte de faire passer un sens une émotion. J’aime le mascara qui transforme un battement de cil en œillade assassine, le rouge à lèvre qui fait d’un frémissement une bouche tordue par l’envie… (J’ai découvert le maquillage au théâtre, cela a dû laisser quelques traces.) 

Les adeptes de la beauté "vraie, naturelle, authentique" me font bien rire… En quoi la nature est-elle vraie ? Qui a dit que le visage que la génétique nous a donné reflétait vraiment notre âme, nos émotions, nos sentiments ? En quoi vouloir que l’intérieur se manifeste à l’extérieur serait-il tricher ? Mais j’avoue que la beauté "cute&sexy" peut m’ennuyer prodigieusement. Quant à la cagole attitude, ma foi, je la trouve laide, mais bien pratique, elle me permet de ne pas m’attarder…

naked 3, Urban Decay
Qu’Urban Decay débarque à Bruxelles (Ici Paris XL rue neuve, mais vous pouvez commander sur le site et vous faire livrer chez vous ou dans n’importe quelle boutique Ici Paris XL), c’est une bonne chose, parce que le maquillage selon les grandes marques, c’est un peu triste. Toujours les mêmes références au luxe, à la séduction, une féminité très convenable et old school… Au moins, avec Urban Decay, à côté des autres stands, il y a soudain un peu autre chose, quelque chose d’un peu différent, un peu niche, quelque chose d’un peu plus ludique, d’un peu moins conventionnel. (Mais ne poussons pas trop le délire de la rebelle attitude non plus, n’est-ce pas…)

Craquage obligatoire sur les palettes, bien sûr. Parce que les pros me jurent que techniquement, elles sont parfaites pour ce qui est du dosage et de la qualité des pigments et parce que j’ai déjà vu des débutantes dans l’impossibilité de se rater et de ne pas être plus jolies en se servant d’une Naked. Bon, ok, mais en vrai, moi qui adore la couleur, qui restent des heures devant les rayonnages des papeteries à regarder les crayons, qui flâne devant les étalages de peintures en m’extasiant à propos de chaque nuance, j’aime les regarder, comparer, voir les différences entre les tons, les reflets, parce que tout simplement, c’est beau. (Et pour ceux qui espèrent un tuto: même pas en rêve!)

naked skin, Urban Decay
a guide to elegance, Geneviève Antoine Dariaux
Et j’ai eu l’occasion de tester le fond de teint Naked Skin. Et là, comment dire… Bon, ce n’est pas la première fois que je me vois avec du fond de teint et c’est généralement "moi en mieux" comme résultat. Parfois en pire. Peau plus unie, teint plus frai, etc. Là, c’était autre chose. Bon, au départ un effet masque, couvrant, un peu à la façon des geishas. Ce que je trouve beau sur une geisha mais pas sur moi, et sur personne en général. J’avoue que j’étais septique. Il faut le temps que ça se mette en place, que ça se fonde dans la peau et là, c’est… "Moi en parfait." Une peau pas forcément zéro défaut si on a des trucs à planquer, mais l’équivalent d’un bon filtre sur une photo. Un fini pas trop satiné mais pas mat, parce que le mat, ça fait plat et mort… Bref, c’est beau. (Enfin, surtout moi !)



Commentaires

  1. Bonjour Dau,
    Je n'ai jamais testé Urban Decay mais il y a un produit qui me fait vraiment bonne mine "Eclat minute, base illuminatrice de teint" (Clarins). Cette base fait toute la différence surtout si j'ajoute du mascara, ces deux produits suffisent largement à me transformer.
    A bientôt,
    Sara

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire