au soleil...

Disclaimer : Non, je ne fais pas d’article sur mes solaires préférés. Parce que je suis limité en termes de choix, pour cause d’allergie, et parce que je ne suis vraiment pas compétent pour déterminer si une formule protège efficacement ou pas, j’en suis réduit à croire ce que dit le fabricant. (Sachant que les formules sont revues quasiment chaque année.) 

L’été venant, c’est le moment de parler solaire. En fait, non, le soleil pour moi, c’est un souci toute l’année, mais pour beaucoup de gens ce n’est qu’un souci d’été et c’est en ce moment qu’on lance et relance les campagnes pour vendre du solaire en Europe. Et cette année, ça m’énerve un peu, beaucoup, et j’ai envie de râler. (Oui, ok, j’ai souvent envie de râler, je suis fait comme ça, si vous chercher de la positivité et du rose en permanence, vous n’êtes peut-être pas tombée sur la bon blog…) 

La marque qui va prendre, c’est Avène parce qu’elle relance visiblement sa campagne « nous protégeons les océans » avec différents influenceurs et ça me saoule. (Tellement que je n’illustrerai pas avec des produits de la marque, même si j’en utilise parce qu’en soi, les solaires Avène sont valable, ce n’est pas la question.) Avène mise sa communication sur ses formules qui seraient respectueuse du corail. C’est vrai qu’ils ont supprimé deux filtres particulièrement problématiques de tous leur produits.  Ce qui en soit est très bien. Et c’est très bien de communiquer là-dessus. Mais ce qui me dérange c’est de la jouer « amis de l’environnement » et de donner bonne conscience aux utilisateurs de solaires. C’est pour moi un bel exemple de greenwashing. Parce que vous ne pouvez pas aller vous tartiner d’écrans solaires Avène sur la plage et vous dire que c’est sans impact sur l’océan et l’environnement en général. Ce n’est pas le cas.

Les filtres solaires SONT PROBLÉMATIQUEs. Y compris les filtres minéraux utilisés en bio. Pour la simple et bonne raison qu’ils flottent à la surface de l’eau, empêchent la pénétration du rayonnement solaire et perturbent le développement du plancton. Rien que ça, ça perturbe la vie marine et pas dans le bon sens. Et plus généralement, les litres de crèmes solaires utilisés en été, il à fallu les emballer et ça fait des déchets. Les transporter et les produire aussi. Pour quel bilan carbone ? Mystère. Mais il n’est pas nul. (Et vous pouvez l’ajouter au bilan carbone qui vous à conduit de votre domicile à la plage…) 

Produire, ça implique des transformations chimiques, un travail qui consomme de l’énergie, peut importe la quantité de « naturels » qu’il y a dans votre crème. Peu importe la marque, même bio, une crème solaire appliquée toutes les deux heures sur une plage brûlante a un impact sur l’environnement. Le sol occupé pour faire pousser le tournesol qui donne de l’huile et la déforestation que ça entraîne, on en parle ?  Je ne suis pas en train de vous dire d’aller vous exposer au soleil sans protection. Ne croyez juste pas que vous faites tout bien. Si vous voulez être responsables, soyez-le vraiment. Et NE VOUS EXPOSEZ PAS AU SOLEIL. Protégez-vous, mais protégez-vous intelligemment et d’une façon respectueuse de l’environnement. Restez à l’ombre et porter des vêtements. Investissez dans un chapeau et une ombrelle. Ça vous coûtera moins cher que des litres de crèmes solaires. Et ça coûtera moins cher à l’environnement. (Alors, ne me faites pas rire : je sais que vous avez déjà des vêtements même si on est bien d’accord que vous n’avez plus RIEN à vous mettre. Et moi non plus.) 

Mais je n’ai pas fini de râler, parce qu’il y a autre chose qui m’énerve en Europe, dans la politique des marques par rapport au solaire. C’est qu’on se fout un peu de nous et de notre santé en réalité. 

En Asie, les choses sont claires (sans jeux de mots), le soleil, c’est mauvais pour notre peau et il faut se protéger.  Tout est dit. Tout est honnête. En Europe, on vous fait le double discours vendeur… Parce que, oui, les marques sont avant tout des vendeurs. On vous dit bien que le soleil est dangereux et qu’il faut se protéger. On vous en parle du vieillissement de la peau, des rides et des taches, de l’aggravation de l’acné. On vous parle aussi du cancer. Parce que les rides, je trouve ça moche mais si vous en avez et que vous le vivez bien… Mais dire que ce n’est pas si grave la maladie, là, non, ce n’est pas possible. Pourtant, on vous envoie sur la plage en vous disant qu’avec de la crème vous serez protégés et vous profiterez des bienfait du soleil… On vous laisse bronzer parce que vous trouvez ça beau et on vous y encourage en vous laissant penser que vous faites bien et que vous êtes protégés. Mais vous bronzer. Ce qui veut dire que votre peau réagit, qu’elle se défend, parce qu’elle subit une agression. Elle ne se met pas en mode « soyons jolies » mais elle essaye de survivre. Mais les dégâts sont là. Votre peau vieillit, plus vite. Voire son ADN se dérègle. Et elle tombe malade. Si vous bronzez, vous n’êtes pas protégés. Vous avez le droit de vous en foutre. Mais soyez informés. Sachez que vous jouer avec votre santé. Et la communication des marques n’est pas claire à ce sujet. Elle vous donne une fausse impression de sécurité.

Le pire du pire, d’après moi, c’est le concept d’après-soleil. On vous vend des trucs en vous disant que c’est réparateur. Comme si d’un coup de baguette magique on effaçait l’ardoise. Mais on n’efface rien du tout. Oui, on limite les dégâts en hydratant et en réduisant l’inflammation, mais une crème après soleil ne va pas aller réparer votre ADN abîmé. (Vous avez remarqué quand même que la crème magique qui vous rend la peau parfaite du meilleur jour de votre vingtième année n’a pas encore été inventée ?)  Rien n’effacera l’ardoise. Vous pouvez essayer de réparer, mais c’est mieux de ne pas abîmer. Si vous vous souciez de votre peau, la meilleure chose à faire c’est de ne pas allez vous foutre à poil sur la plage. Restez couverts. Portez des vêtements, etc. (Voir plus haut, c’est exactement pareil pour sauver votre peau que pour sauver l’environnement.) 

Alors, certes, je n’ai pas à vous dire ce que vous devez faire, je n’ai pas à vous faire la leçon. Je suis TRÈS mal placé pour donner des leçons. Je consomme trop et mal. Mais je pense que c’est important de ne pas se bercer d’illusion. De croire qu’on fait bien parce que la pub nous le laisse croire. C’est important de réfléchir, d’avoir un regard critique. Je déteste qu’on essaye de me culpabiliser, mais je pense que c’est important que j’arrive à reconnaître ma propre culpabilité. Et c’est important, alors que je vous pousse régulièrement à l’achat, alors que je joue souvent le jeu des marques, de dire qu’il ne faut pas être dupes. Que parfois, on doit savoir consommer mieux et que moins, c’est parfois mieux. 

(Mais, OUI, je porte de l’écran solaire sur mon visage parce que je ne peux quand même pas sortir masqué. Bon, ok, cette année, oui, je sortirai masqué, mais bon…)

Commentaires

  1. "Le bon déchet est celui que l'on ne produit pas", peut-être devrions-nous adopter le même adage pour le soleil et notre peau.
    Il y a des râleries productives, celle-ci en fait partie, merci pour le sain rappel de bien garder nos yeux ouverts sur la réalite.

    RépondreSupprimer
  2. Rien à rajouter, tout est dit dans ce très bon poste, comme d'habitude d'ailleurs. La mise en lumière de l'irresponsabilité des fabricants de crème solaire et de leurs discours aberrants devraient être sanctionnés. Merci pour ce post et votre blog que j'apprécie beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, un tout grand merci pour ces gentils mots.

      Bon, pour l'irresponsabilité des fabricants de crèmes solaires, quand on voit que l'Europe peine à prendre des décisions quant à l'interdiction des cabines UV, on n'est vraiment pas sorti de l'auberge...

      Supprimer
    2. Et apres ils nous emmerdent avec la mousse de chene..

      Supprimer
    3. Je n'aurais pu dire mieux.

      Supprimer

Publier un commentaire