la routine cheap du lundi

(Ou pas, hein, on vous oblige pas!)

Il y a quelques jours (semaines ?) je suis allé à une journée presse surtout pour voir Kim (Une fée dans les étoiles) mais aussi pour voir ce qui se passait d’intéressant dans le petit monde de la beauté. (Avis perso, c’est surtout sur internet que j’apprends des choses intéressantes, parce que le bla bla des marques, comment dire ? ) Manifestement, après la tendance Prémium lancée par Sisley et sa Sisleya  où la mode était de payer super cher pour un super soin qui ferait tout (Mode à laquelle je ne crois pas du tout) il y a une vraie tendance cheap beauty pour laquelle on peut dire merci à Deciem et au lancement de The Ordinary qui propose des soins efficaces à des prix franchement raisonnables en misant sur l’information et l’explication parce que un bon soin, c’est aussi le soin qui fonctionnera pour vous parce que vous avez su le choisir.

Première marque: Ici Paris XL (le Séphora belge) qui lance des soins abordables mais luxueux avec la ligne Time. La ligne comporte un sérum, un soin de jour et de nuit et un contour des yeux, elle se veut une ligne antiâge globale ou chaque produit coute une vingtaine d’Euros. J’ai testé le sérum et…

Dedans dans les ingrédients de tête, on trouve des silicones, de la glycérine et du propanediol. Alors, ce sont des ingrédients basiques qui aide à maintenir une bonne hydratation, oui. Bien plus loin dans la liste, on va trouver de l’acide hyaluronique. Pour le reste, j’ai envie de dire qu’il n’y a pas grand-chose d’intéressant. C’est agréable (Merci les silicones), ça sent bon (Mais pourquoi ajouter du parfum ? Ah oui parce que c’est luxe !) et le flacon pompe est joli. Mais ce sérum antiâge est juste un hydratant léger qui sera très bien pour l'été quand on n'a pas envie de texture lourde. Est-ce qu’on peut trouver beaucoup mieux ? Oui ! Moins cher ? Oui, aussi. Donc pourquoi aller s’ennuyer avec une marque de plus qui ne sert à rien ? Désolé Paris Xl, on vous oublie et on se tourne vers des soins moins luxueux mais plus efficaces. Ça, c’est dit.
Autre ligne : celle d’Alex Steinherr pour Primark. J’avais déjà mentionné le nettoyant qui était très bien, très doux, j’avais dit que je parlerais de la ligne globale et puis… J’ai trainé et j’ai surtout parlé d’autre chose. Basiquement, la ligne fonctionne sur le même principe que celle de Ici Paris XL : glycérine et silicones pour hydrater et c’est à peu près tout. Les formules sont courtes et on ajoute un peu (très peu) d’ingrédients après le phénoxyéthanol donc à moins de 1% pour dire de et ce n’est pas super convaincant. C’est une ligne basée sur le « sans » plutôt que sur le avec. Pas de parabènes, d’alcool, de parfum, d’huiles essentielles, de sulfate… Oui, bon, ok, c’est plutôt bien même si personnellement, je ne vois pas pourquoi on met les parabènes dans le même sac que l’alcool, mais bon. Oui, c’est vrai, je suis un affreux qui ne voit pas ou est le problème avec les parabènes.) Avantage, chaque produit coûte moins de 8 euros.

Le produit que j’ai testé, celui qui est sur la photo, c’est l Starter de la ligne Pollution Solution. Pas de silicones, une texture gel ultra liquide et un peu d’acide lactique, c’est le seul actif vraiment actif qu’on puisse trouver, je suis un peu sceptique quant à l’utilité du lychee et de la fleur de pêcher. Mais l’acide lactique ne vient qu’assez loin dans la formule, ça ne va pas suffire à transformer la peu de façon radicale même si ça équilibre le PH de la formule. Bref, un produit qui ne m’emballe pas, qui ne sert pas à grande chose. Et qui n’est pas facile à utiliser parce que la ligne est bien fournie mais vendue quasi sans explication. Sur la boîte, on découvre que c’est un soin qui se met sur peau hydratée avant le maquillage alors que la texture a tout d’un sérum voire d’une lotion. Et ça sert à quoi ? On ne sait pas… C’est antipollution. Ce qui ne veut rien dire d’après moi. En quoi est-ce antipollution ? Parce que ça rajoute une couche ? Mais pourquoi le mettre après les silicones qui pour le coup pourrait avec leurs maillages qui empêchent l’eau de s’évaporer, jouer un rôle de barrière qui empêche la pollution de pénétrer ? Je n’ai pas du tout compris…
Avec Kim, nous n’étions pas d’accord sur l’opportunité de cette ligne. Elle trouvait que c’était bien, que ça apprenait à des jeunes gens désargentés à prendre soin d’eux en acquérant les base d’une bonne routine comportant différentes étapes. Oui, je suis d’accord avec ce point mais il y a un manque crucial d’information et de conseil pour des jeunes gens ignorants des subtilités du skincare. Et, surtout, cette ligne n’est pas totalement convaincante pour ce qui est de l’efficacité. (Il y a des choses bien comme le nettoyant et des choses totalement inutiles comme ce starter.) Et payer pour des soins pas vraiment efficaces, ce n’est pas une économie. Honnêtement, si vous avez un budget très réduit, oubliez Primark et filez sur le site de Deciem voir les produits The Ordinary, pas chers non plus, mieux fichus et bien expliqués ou achetez-vous un nettoyant et un lait hydratant corps et visage CeraVe : c’est bien fait, très efficace et moins cher. En plus, vous serez dans l’ambiance plus feutrée d’une parapharmacie, pas dans l'enfer du temple de la consommation effrénée et bon marchée aux valeurs morales un peu discutables. (Oui, je suis un snob qui n’aime pas beaucoup Primark.)

Petiote précision : les deux produits dont je parle m’ont été offerts. (Pour une fois. Je pense qu’on ne m’en offrira plus après ce billet. Est-ce que ça a biaisé mon avis, je vous en laisse juges.) 

Commentaires

  1. Traitez moi de bourge snobinarde (j'assume 😜), mais les soins Primark c'est niet. Peut-être que je passe à côté de belles pépites en ne regardant jamais ce genre de marque, mais je ne peux pas. Tout comme avec la fameuse crème de chez Lidl, meilleure crème selon 60 Millions de Consommateurs. Pareil pour les parfums, je ne peux vraiment pas me parfumer avec du Yves Rocher. Bourgeoise snob je vous dis! 😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nope, ou alors on est deux bourgeoises snob.... Le truc, c'est que les marques de cosmétiques font quand même mieux les cosmétiques que les marques de fringues et autres et tant pis pour Alex Steinherr. J'avoue, je vais voir par curiosité (malsaine) et peut-être un peu aussi pour le plaisir de dire du mal. (Quand je disais que j'étais malsain.)

      Mais j'avoue que parfums ou cosmétiques, j'ai vraiment du plaisir à trouver une pépites pas chère. Mais clairement pas la crème Lidl qui était la meilleure selon des consommateurs qui n'y connaissaient rien et qui se sont laisser avoir par le bluff des silicones qui font le boulot pendant quelques temps et puis? J'ai rien contre, mais ils ne faut pas qu'ils soient seuls dans la formule!

      Supprimer
  2. 1er article que je lis sur ton blog et j'aime beaucoup le ton et les informations. Ca ne sera donc pas le dernier :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci. Je ne suis toujours pas certain d'avoir un ton ou un style mais un grand merci!

      Supprimer
  3. Pour être un peu plus sérieuse, je pense que dans les cosmétiques il n'y a pas que les actifs qui comptent, mais aussi la qualité des excipients. Même un silicone n'est pas égal d'un autre silicone (d'ailleurs qiand on voit Dimethicone dans la liste INCI, ça ne veut pas dire grand chose, ça peut varier entre un infâme truc épais et un autre super fin et pas occlusif du tout). Et je pense que c'est niveau excipients que ça coince dans les cosmétiques low-coast. Et en réfléchissant, pas que ... si par exemple tu achètes une crême low-coast à la vit C, elle peut être quasiment inefficace si l'actif n'est pas sous sa forme absorbable.
    Tu me corriges si je raconte des bêtises hein 😀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais bien sûr que tout joue. Il faut la bonne forme du bon actif dans la bonne base sinon rien ne fonctionne... Dans le low cost, ça peut coincer au niveau excipients, surtout s'il n'y a que ça. La vitamine C, c'est le piège par excellence, c'est instable et pas facile à maîtriser. C'est très loin de n'être qu'une affaire de concentration, le PH joue, les conservateurs, tout... Et aussi le flacon! Pas de transparences et surtout pas de pot. Paula Begoun expliquait, pleine de bon sens, que les conservateurs empêchaient le développement des bactéries mais ne freinait pas du tout l’oxydation des anti-oxydants (lol), que pour cela il fallait vraiment choisir soigneusement le contenant. Mais j'avoie que le pot, j'ai parfois du mal à dire non, il y a un côté voluptueux dans les gros pots très lourds et très luxueux auquel je résiste difficilement. (J'avoue!)

      Supprimer

Publier un commentaire