dessous chics

"Les choses que chez une honnête femme on voit et qui certes peuvent lui paraître, à elle aussi, avoir de l’importance, sont celles, en tous cas, qui pour la cocotte en ont le plus. Le point culminant de sa journée est celui non pas ou elle s’habille pour le monde, mais où elle se déshabille pour un homme."

Marcel Proust, à la recherche du temps perdu, à l’ombre des jeunes filles en fleurs, 1919.

L’idée d’une eau de lingerie a pu susciter des réactions pas forcément emballées. Certes, cela peut-être juste une façon de nous vendre un truc en plus. Et peut-être trouverez-vous que pour parfumé le linge un assouplissant de grande surface revient moins cher qu’un Guerlain. Mais ça peut-être aussi une façon de renouer avec un geste ancien puisqu’au XIXème siècle on parfumait le linge et non la peau, ce qui rend l’idée un peu plus plaisante. Et puis finalement, vous en faites bien ce que vous voulez, on ne vous oblige pas à l’acheter en plus de votre traditionnel Shalimar non plus, n’est-ce pas ?

L’odeur est assez délicate : poudrée, un peu cocotte, très iris et muscs blancs avec une pointe de vanille et un rien de santal. Une sensation fleurie, rosée, mais à peine. On est loin des senteurs d’assouplissant. A vrai dire l’impression générale est que cette Eau de Lingerie n’est que fond, trace. Mais justement, c’est le but, c’est l’avantage. Puisque le parfum est destiné à être marié à d’autres, puisqu’il vient en plus, sur la lingerie et les vêtements en général,  il ne doit pas avoir trop de personnalité. Si on le prend comme ça, il est bien joli, bien sympathique ce petit poudré. A vrai dire, je trouve qu’il peut tout-à-fait jouer le rôle d’unificateur, de trait d’union entre différent parfum, accentuer certains  aspects et donner une parenté. Contribuer à forger une signature, même quand on change tous les jours de parfum. Donner un genre.

Et puis, je l’avoue, j’aime quand j’ouvre ma garde-robe, mes tiroirs, sentir son odeur qui traîne. Comme si mes vêtements avaient conservé une trace de mes parfums, alors qu’ils sortent de la machines à laver. Plus confortable que sexy, certes, rien à voir avec votre Shalimar habituel. Mais l’Eau de Lingerie donne quand même une pointe de séduction à l’Eau du Coq. Egalement très agréable en parfum d’ambiance, sur le lit par exemple. Pas un incontestable chef d’œuvre, mais un parfum douillet auquel on s’attache vraiment si on aime les ambiances "dame en rose" fleurant bon la poudre de riz. 

Eau de Lingerie, Thierry Wasser pour Guerlain, 2013.

Commentaires


  1. Bonjour Dau
    Pourquoi pas....Personnellement j'ai pris l'habitude d'utiliser des graines d'ambrette (Hibiscus Abelmoschus)
    que je rapporte d'Egypte ou des Indes....
    Ces graines en forme de petits haricots je les enferme dans de petits coussins brodés pour éviter le contact direct avec les tissus fragiles,comme la soie le linon ou le lin. elles parfument ma lingerie sans vaporisation directe.

    Le parfum en esr musqué , doux, ,ambré , floral , un peu " racine d'iris" et fruité.
    Les égyptiens croquent ces graines pour parfumer leur haleine lors des repas raffinés.
    .C'est assez surprenant au goût la première fois, en tout cas....
    Elles sont aussi utilisées en parfumerie notament dans "CE SOIR OU JAMAIS' d' Annick Goutal
    et dans "COLOGNE À LA RUSSE" de l'institut Très Bien.
    Ma grand mère rangeait sa lingerie et ses mouchoirs dans une commode avec ses savons Roger & Gallet
    ( Oeillet mignardise) cela s'accordait avec Bellodgia...
    Cette commode en marqueterie est chez moi maintenant
    Le bois était tellement imprégné que six mois de Takesumi ( charbons de bois de bambou japonais ) ont pu en venir a bout ... Quant aux liquides adoucissants du commerce ma peau les supporte mal. ( Un peu de bicarbonate de soude suffit pour adoucir l'eau )

    Touti

    RépondreSupprimer
  2. Des graines d'ambrette, voila qui me fait rêver...
    Oui, les savons, j'ai déjà donné aussi et j'adore ça! En ce moment, c'est avec l'oeillet Roget & Gallet que je me lave justement! Il faut passer à la boutique parisienne pour le trouver mais quel bonheur de l'avoir retrouver. (Pas juste lui, aussi le santal!)

    Le bicarbonate, je n'ai jamais essayé mais je pratique le vinaigre qui fonctionne également très bien! (Et cela fixe la couleur des vêtements parait-il.) Comble de snobisme: utiliser le vinaigre Santa Maria Novella à la violette. Une odeur qui se marie vraiment bien avec l'Eau de Lingerie et aussi avec pas mal de mes parfums puisque je suis un fan d'iris...

    à bientôt

    Dau

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire